https://www.webwatch.be/blog/dyson-hot-am04-chauffage-soufflant-test-rapide/

Poêle à bois avec revêtement pierre ollaire: comment le faire fonctionner

Un poêle à bois en pierre ollaire (ou stéatite) est un foyer recouvert d’un matériau (la pierre ollaire) dont la propriété est d’accumuler la chaleur pour la restituer lentement dans la pièce, une fois le feu éteint. Voici le 3ème hiver que je m’apprête à passer en compagnie de mon poêle à bois Hwam Monet et je me rends compte que jusqu’ici, je l’ai fait fonctionner comme un poêle à bois traditionnel alors que le revêtement en pierre ollaire permet une utilisation plus judicieuse, économique et confortable. Poêle de masse TulikiviEn dehors des poêles de masse, il existe deux type de poêles à bois avec revêtement en pierre ollaire. Sur le Hwam Monet, le pierre ollaire n’est pas directement en contact avec les flammes, ce qui n’en fait pas un vrai poêle en pierre ollaire, contrairement à la marque Altech, qui fabrique des poêles dont la stéatite est directement au contact des flammes, ce qui a pour effet d’augmenter le rayonnement et la durée de restitution de la chaleur. Il n’empêche… J’avais l’habitude des feux ouverts et j’ai eu un poële Godin style norvégien, dans lequel je faisais du feu continu. Faire un feu continu, c’est alimenter le foyer en bûches dès qu’il n’y a plus de flammes. L’inconvénient, c’est qu’une grande partie de la chaleur encore produite par les braises est perdue, puisqu’elle est utilisée pour allumer les nouvelles bûches: un gaspillage incroyable et une consommation de bois démesurée! Si le tuyau de sortie de fumée est équipée d’une clé de tirage, il faut fermer celle-ci dès que la combustion des bûches est terminée. La chaleur des braises est alors emprisonnée dans le foyer et grâce à l’accumulation de la stéatite, le poêle rayonnera encore pendant quelques heures, restituant une chaleur douce dans la pièce dans laquelle il se trouve. Pour peu que la maison soit isolée et que le froid ne soit pas trop rude, une seule flambée suffira pour chauffer la soirée. A titre d’exemple, si je mets 3 bûches (refendues en deux) dans le poêle et que j’allume à 18H (voir l’exemple de démarrage du poêle en top-down), le feu va durer jusqu’à 19H30 et on peut vivre avec les braises encore un moment: résultat, il fera bon dans la pièce jusque 23H30 sans avoir à redémarrer le feu, et ce tant que la température extérieure ne descend pas sous les 5° C.
L’erreur la plus courante est de remettre des bûches sur le tas de braises dès la fin de la 1ère combustion.En faisant cela, on perd une grande partie de la chaleur dégagée par les braises et on refroidit le poêle.
Le poêle a besoin d’air frais pour allumer les nouvelles bûches et il va chercher cet air frais dans la pièce: s’il n’est pas raccordé à une arrivée d’air frais, il va provoquer un courant d’air et refroidir la pièce. J’ai adopté cette méthode qui consiste à ajouter deux bûches de 50 cm d’un diamètre relativement fin (on le voit sur la vidéo: le diamètre correspond à peu près à la taille de la main ( + ou – 20cm). Les bûches sont presque debout et seules leurs base est en contact avec les braises: il faut les mettre par deux pour qu’elle s’entraident l’une l’autre. Avec cette méthode, les flammes sont plus hautes et la pierre ollaire chauffe beaucoup plus fort, stocke plus de chaleur et la restituera plus longtemps. En fin de combustion, la température en surface de la pierre ollaire atteint 118° C (avec une pointe à 126° C) . Compte tenu de la quantité de bois utilisée, c’est assez efficace puisque ça suffit amplement à chauffer la pièce pour le restant de la soirée. Résultat:
  • Consommation de bois réduite de moitié
  • Moins de manipulations
  • Moins de courant d’air et plus de confort
Cette méthode n’est pas décrite dans le mode d’emploi du Hwam Monet et pourtant, elle est beaucoup plus efficace.